a) La naissance de la chimie

     Le XVIIe, le XVIIIe et le XIXe marqueront progressivement  le declin de l’alchimie.

Avec la renaissance, le siècle des lumières, et l'avènement du matérialisme, se développera au cours de ces trois siècles un schisme que l'on pourrait appeler "laïcité métaphysique". Le succès des approches cartésiennes et kantiennes propagent l'idée que « la Nature est concevable dans sa forme observée, mesurable, indépendamment d'une causalité qui la transcenderait ». La Science est née.

Même si de grands alchimistes marquent encore cette époque (Helvétius, Philalethe, Eteilla, Poisson), et que certains scientifiques défendent encore les principes hermétiques (Leibniz, Newton), l'alchimie est progressivement assimilée à une proto-chimie, pour finir par voir son arrêt de mort signée par Lavoisier.

     La Chimie prendra son identité réelle après la renaissance, maisl'alchimie est au début du 17ème siècle alors à son apogée. La théorie des éléments lui donnant une autorité incontestable, tous les savants expliquent les réactions en termes de transmutations, les propriétés des corps en termes d'esprits. L'alchimie est tellement répandue, mystérieuse et fascinante que le moindre érudit s'intéressant au phénomènes chimiques sombrait inlassablement dans ses méandres et en ressortait alchimiste. Cette chimie divine et occulte si imposante était incontestée depuis de nombreux siècles.

     Le 17ème siècle sera le tournant entre une chimie exotique et désorganisée et une chimie moderne et rationnelle telle que nous la considérons. Mais tout ne s’est pas fait d’un moment à l’autre, la chimie ne possède pas un génie qui l’a propulsé au rang de science indicutable, grâce à une théorie, une découverte inattendue et révélatrice. On peut seulement distinguer deux périodes dans l’histoire de la chimie :

Ø      Un âge pré scientifique : celui des alchimistes et des artisans qui essayent de perfectionner, de maîtriser la matière par des techniques secrètes, en faisant intervenir des esprits, des incantations et l’influence des planètes.

Ø      Un âge scientifique : rationnel et moderne où philosophes, académiciens, physiciens et les premiers véritables chimistes ont réussi à donner sa scientificité à la chimie notamment en l’enseignant et la vulgarisant grâce à l’imprimerie.

La transition entre cette chimie pré scientifique et la chimie moderne s’étend de la Renaissance au début du 18ème siècle.

    

     Plusieurs personnages illustres, plus particulièrement René Descartes et Isaac Newton ont influencé, perfectionné et permis ce saut d’une science qui n’en était pas encore une .

De nouvelles théories, de nouvelles méthodes scientifiques émergèrent et apportèrent un véritable renouveau à la chimie. Deux nouvelles doctrines chimiques se développèrent successivement au cours des 17ème et 18ème siècles sous l'influence de ces deux scientifiques.

Newton s’étant inspiré de la philosophie de Descartes et Descartes de la philosophie  des Anciens.

     La première, l’atomisme, reprend et affine les idées des Anciens tels que Démocrite, Epicure et Lucrèce. L’atomisme évolue grâce à la philosophie et à la méthode mécaniste de Descartes.

     La seconde, la doctrine chimique, dépasse la conception mécanique de Descartes et provient d’Isaac Newton. Sa théorie corpusculaire nouvelle est la première base solide pour l’interprétation des phénomènes réactionnels.

Les chimistes commencent ainsi à se révéler, ils remettent en cause les découvertes, réétudient par exemple la théorie des éléments, et développent l'aspect expérimental. C'est alors l'apogée d'une science, qui est de nos jours encore en développement constant. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×